Fiche de cours : Rupture du ligament collatéral tibial du genou


Note

Fiche de cours mise à jour le 12/09/2019 à 13:56:43

Voir tous les cas RADEOS associés à cette fiche de cours

Définition

Rupture post-traumatique partielle ou complète des fibres du ligament collatéral médial

Clinique

Lésion sur un mécanisme de valgus forcé (atteinte du faisceau superficiel puis profond)

Douleurs de la face médiale du genou post-traumatique

Possiblement associée à d'autres atteintes ménisco-ligamentaires

Biologie

Non perturbée

Radiographie

En aigu :

  • Epaississement des parties molles à la face interne du genou
  • Possible avulsion osseuse de l'insertion proximale du faisceau superficiel (fracture de Stieda), du faisceau profond ou de l'insertion distale du faisceau profond (fracture de Segond inversée)
  • Fracture impaction du plateau tibial
  • Bâillement fémorotibial spontané

En chronique :

  • Calcification séquellaire dans le cadre d'un syndrome de Pellegrini-Stieda

Échographie

Recherche d'une rupture partielle (épaississement hypoéchogène) ou complète (solution de continuité ligamentaire) du ligament

Hématome

Avulsion ostéopériostée

Hyperhémie en Doppler

TDM

Recherche d'avulsion osseuse ou de calcifications séquellaire

IRM

Les lésions affectent principalement l'insertion proximale du LCM, préciser la topographie des
lésions (LCM superficiel/profond) et leur sévérité : 

  • Entorse de grade 1 : oedème en hypersignal T2 des tissus mous péri-ligamentaires, sans atteinte des fibres
  • Rupture partielle (grade 2) : anomalies de signal intra et péri-ligamentaires sans solution de continuité complète
  • Rupture complète (grade 3) : solution de continuité complète du LCM avec, au stade aigu, extravasation de liquide synovial dans les tissus péri-ligamentaires

Signes associés :

  • Un oedème osseux à l'insertion du LCM
  • Un oedème en miroir fémoro-tibial latéral

Les lésions chroniques du LCM se traduisent par un épaississement du ligament et parfois une ossification à son insertion fémorale

En post-opératoire, le LCM est épaissi et peut le rester plusieurs années, avec une augmentation de son signal en T2

Une ossification post-opératoire peut également se développer

CAT

Prise en charge orthopédique et/ou chirurgicale des lésions associées (pivot central, ménisque)

Lésion isolée du LCM = pas de recours chirurgical le plus souvent

Classification

Clinique :

  • Grade 1 : rupture de quelques fibres, pas de laxité 
  • Grade 2 : rupture partielle, laxité modérée en valgus, mais pas en extension 
  • Grade 3 : rupture complète, laxité importante en valgus forcé en flexion mais pas en extension