Fiche de cours : Lésion - rupture du ligament scapholunaire SLAC


Note

Fiche de cours mise à jour le 03/10/2018 à 14:35:59

Voir tous les cas RADEOS associés à cette fiche de cours

Définition

Les entorses graves du carpe avec instabilité «statique» permanente sont dépistées sur les radiographies de face et de profil du poignet. C'est l'arthroscanner du poignet qui permet par ailleurs de faire le bilan ligamentaire.

L'instabilité scapholunaire est la plus fréquente et la plus grave car elle évolue vers l'arthrose (SLAC wrist : ScaphoLunate Advanced Collaps):

  • arthrose styloïdoscaphoïdienne (SLAC 1),
  • puis radioscaphoïdienne (SLAC 2)
  • et enfin lunocapitale (SLAC 3)

Clinique

Douleur post traumatique du poignet.

Radiographie

Les clichés dynamiques de face, en inclinaison ulnaire et poing serré, permettent la détection d'un diastasis scapholunaire non permanent témoignant d'une instabilité « dynamique ». 

Instabilité scapho lunaire : 

Sur la radiographie de face, on recherche :

  • un diastasis scapholunaire > 3 mm
  • une dissociation scapholunaire avec bascule dorsale du lunatum qui est en extension (corne antérieure large et carrée visible), contrastant avec la flexion du scaphoïde qui « se couche » (signe de l'anneau par projection de son tubercule antérieur).

Sur la radiographie de profil, on recherche :

  • une bascule dorsale du lunatum en DISI avec un angle scapholunaire >70
  • une perte de l'alignement radius–lunatum–capitatum–M3 (augmenta- tion des angles radiolunaire et lunocapital > 15°). 

L'instabilité scapholunaire évolue vers l'arthrose:

  • une arthrose styloïdoscaphoïdienne (SLAC 1), 
  • puis radioscaphoïdienne (SLAC 2) 
  • et enfin lunocapitale (SLAC 3)

 

Échographie

Interet limité

Permet de vérifier l’intégrité du ligament scapho lunaire (faisseaux dorsal) et de rechercher le cas échéant une autre lésion (ligamentaire, osseuse ou tendineuse).

TDM

Arthroscanner après opacifiction des articulations médiocaprienne et radiocarpienne :

  • Rupture du ligament scapholunaire (faisseaux dorsal surtout).
  • Recherche des signes d'instabilité SL statique (idem radiographie)
  • Sensibilité excellente notamment pour l’étude des lésions chondrales.

IRM

Le plus fréquemment (90%), le ligament a une forme en « V » notamment dans sa portion centrale. L’aspect linéaire est moins fréquent.

Il s’agit d’une structure homogène en hyposignal (voire en signal intermédiaire dans un tiers des cas).

• Lésion partielle: amincissement focal ou zone d’hypersignal liquidien au niveau d’un ou des deux segments du LSL (souvent palmaire car plus faible).

• Lésion complète: solution de continuité au sein des trois segments du LSL ou absence de visualisation.

A un stade évolué, on peut retrouver un diastasis scapholunaire voire des signes de chondropathie de stade IV.

Arthro IRM : Permet d'associer l'interet de l'arthroscanner et de l'IRM.

CAT

Le traitement chirurgical de l'instabilité scapholunaire dépend de l'état du cartilage (arthroscanner) :

  • dans l'entorse fraîche (de moins de 3 semaines), le patient peut bénéficier d'une réduction du diastasis et d'une ligamentoplastie
  • dans l'entorse plus ancienne à cartilage respecté, une ligamentoplastie est discutée. Au stade d'arthrose, un rabotage de la styloïde ulnaire, une résection de la première rangée du carpe ou une arthrodèse sont envisagés en fonction du stade de l'arthrose.